ETE / AUTOMNE 2016

 

HALL PRINCIPAL DE SECHAGE

23 septembre 2016: remplacement de « cabrons » côté ouest à 2 endroits de la toiture et renforcement  de la charpente côté ouest et est à 3 endroits par la mise en place de 3 chevrons de soutien.

 

17 octobre 2016: Renforcement du pilier central de la toiture du hall de séchage principal, entre la partie existante et celle refaite en 2014, par la Sté BB Charpente.

 

 

MISE EN VALEUR DES 2 FOYERS DE CHAUFFE DU FOUR DE CUISSON situés côté ouest du four.

Le Conseil Départemental m’oblige à consulter un architecte pour superviser ce projet, compte tenu que la réalisation d’une fosse de 2 m de profondeur côté ouest peut entraîner une fragilisation du bâtiment four.

Juin 2016: Visite des lieux et relevé de l’état existant du four par le cabinet Architecte et Urbanisme à Panissage Jean Luc EMAURE et un stagiaire

29 juillet 2016: Remise du dossier par Jean Luc EMAURE Architecte et Urbanisme « diagnostic du bâti et de la toiture du four- préconisations et recommandations de travaux »

24 août et 1° septembre 2016: Creusement à la pelle et pioche côté ouest afin de  retrouver les 2 tunnels de chauffe. Malheureusement ces 2 tunnels avec portes métalliques sont introuvables; leurs emplacements restant cependant visibles. L’hypothèse est que les 2 portes métalliques ont été démontées lors du remblaiement et probablement vendues à un ferrailleur de passage; les parties extérieure des 2 tunnels se sont vraisemblablement effondrées.

 

2 septembre 2016:  Réunion sur le site avec L’architecte Mr EMAURE et Quentin BLESTEL de BB Charpente pour voir comment procéder à la reprise de la toiture et à la réparation des pilastres de soutien de la charpente.

21 septembre: Réunion sur le site avec l’architecte Mr EMAURE afin de définir les travaux à venir en fonction de mon objectif. RV avec Mme JONQUIERES du Conseil Départemental le 6 octobre.

6 octobre 2016: Réunion sur le site avec  l’architecte Mr EMAURE et Mme JONQUIERES du Conseil Départemental pour définir les travaux futurs. Une étude géotechnique du sol ainsi qu’un diagnostic de la structure pour une mise en sécurité du four est nécessaire avant tout travaux de terrassement.

17 octobre 2016:Décision prise de faire réaliser les travaux d’études du sol et de la structure du four afin de déterminer les moyens à mettre en oeuvre pour la réalisation des travaux. Coût 3 600 €

24 novembre 2016: Etude géotechnique du sol par la Sté ERGH de St AUPRE et diagnostic de la structure pour une mise en sécurité du four par la Sté TECBAT de BOURGOIN JALLIEU.  Travaux de terrassement réalisés par la Sté COCHARD de BIOL, supervisés par l’architecte Jean Luc EMAURE. En attente des rapports d’étude des 2 sociétés.

Découverte du côté ouest d’un tunnel de chauffe, intact, environ 0,60 m de large,1,30 m de haut et de la longueur du four soit 4,20 m environ (intérieur du four 3m + largeur du mur 1,20m)

 

 

 

 

PRINTEMPS 2016

Travaux prévus en 2016 concernant le four de cuisson.

  • Rénovation de certaines parties dégradées des 3 côtés de mur par la remise en place et le scellement au mortier de nouvelles briquettes et galets.
  • Restauration des joints des pierres et galets formant les 3 côtés des murs par un l’apport d’un mélange à base de chaux type « parelumière »autour de chaque pierres et galets en vue d’éviter la dégradation des joints.
  • Mise en valeur des 2 foyers de chauffe: réalisation d’une petite fosse d’accès: Les 2 foyers en briquettes sont masqués par chacun une porte métallique qui débouche dans une fosse située à l’arrière du bâtiment côté ouest. Cette fosse a été remblayée. Le but est de réaliser une petite fosse d’accès de  2 x 3,5 x 1,5 m de hauteur avec consolidation sur 3 côtés par un mur de soutènement en  enrochement.
  • Mise en valeur des 2 foyers de chauffe: nettoyage , vérification et peut-être remise en état de ces 2 foyers qui se trouvent derrière ces 2 portes métalliques.

AVRIL 2016: A 200 mètres des bâtiments, vol de cigognes probablement attirées par les cigognes implantées dans la Vallée de l’Hien.

 

MARS / AVRIL 2016: JOINTOIEMENT galets et pierres de 3 pans de mur

Début des travaux 17 mars 2016

  • Nettoyage au jet haute pression 
  • Piquage des joints existants
  • Nettoyage au jet d’eau afin d’éliminer les poussières
  • Rénovation des parties dégradées
  • Exécution du jointoiement avec du produit Parexlanko « Pare lumière » couleur terre d’argile. Dépose du produit à l’aide d’une petite machine d’injection puis grattage manuel après séchage.

Fin des travaux 15 avril 2016

MAI 2016 : NETTOYAGE DES MURS INTERIEURS , de LA VOUTE et de  LA SOLE du FOUR DE CUISSON. Grattage des surfaces à l’aide d’un balai rigide et application d’un produit anti-mousse à certains endroits. Surface au sol 10 m2 (3,3m x 3,3 m) Hauteur maxi 5 m

 

 

Automne 2015

RESTAURATION de la partie d’origine du séchoir principal COTE EST DE DEUX POUTRES ET DE 3  PILIERS : Les travaux consistent d’une part à moiser 2 poutres avant et arrière de l’entrée principale côté est qui se sont cintrées entraînant un affaissement de la toiture. D’autre part il s’agit de refaire le socle des 3  piliers à droite de l’entrée principale qui se sont enfoncés dans le sol entraînant un affaissement supplémentaire de la toiture.

 

 

Eté 2015

Août/ septembre 2015: RESTAURATION et CONSOLIDATION de PILIERS et de la CHARPENTE COTE EST

 

Juillet /août 2015: MISE EN VALEUR DE LA SOLE à l’intérieur du FOUR: nettoyage, enlèvement du matériel stocké, enlèvement d’un plancher non d’origine. La sole, visible après travaux, est en briquettes réfractaires (voir photo) . Elle comporte de nombreux évents par où sortaient les flammes de 2 foyers situés au-dessous, alimentés par des fagots depuis l’extérieur. Les tuiles au nombre de 14 000 étaient empilées sur cette sole et la cuisson s’effectuait alors pendant 4 jours et 4 nuits. Mon intention est de remettre en valeur ces 2 foyers depuis l’extérieur. Ces travaux sont assez conséquents; aussi tout aide en temps matériel  serait très appréciée.

 

Juillet 2015

à 250 m des bâtiments, sur une plateforme aménagée, une cigogne et ses 2 cigogneaux

Printemps 2015

Travaux prévus en 2015 concernant le four de cuisson.

  1. Remise en place d’une barre métallique de soutien contre le mur  côté nord. Il sera nécessaire d’abord de souder sur place 2 tiges filetées sur les barres existantes des murs côté est et ouest. Puis après la fabrication d’une barre métallique suffisamment longue percées de 2 trous de passage des tiges filetées, il faudra placer cette dernière contre le mur en faisant coïncider les 2 trous en face des 2 tiges filetées pour fixer l’ensemble par 2 écrous. Cette ceinture métallique viendra renforcer les murs du four. Autrefois, elle préservait le four d’un éventuel éventrement en cas de surchauffe éventuelle.
  2. Nettoyage de la sole à l’intérieur du four au-dessus des 2 foyers . En effet, un plancher vétuste a été posé par-dessus cette sole que l’on ne voit plus de l’intérieur; des accessoires ont été déposés sur ce plancher. Ces derniers, ainsi que le plancher sont à éliminer.

 

 

Dans la brume de printemps

 

  • REFECTION DE LA CEINTURE METALLIQUE DU FOUR le 8 mai 2015 avec l’aide d’un collègue de Bourgoin Jallieu, Serge MALLEIN,  déjà présent en février 2014 pour le démontage de la toiture. (voir aussi l’onglet « nos soutiens »)

Exécution de la soudure de 2 tiges filetées M18 sur les barres existantes des mur est et ouest. Puis nous avons rabouté par soudure deux barres métalliques en forme de U pour avoir la longueur adéquate. Cette barre était déjà  percée de 2 trous de passage des tiges filetées. A l’aide de cordes, nous avons ensuite monté la barre le long du mur pour faire coïncider un trou de passage avec la tige filetée de droite. Puis une fois la fixation par écrou réalisée, nous avons procédé avec le même principe du côté gauche. Cette ceinture métallique viendra renforcer les murs du four. Autrefois, elle préservait le four d’un éventuel éventrement en cas de surchauffe éventuelle.

 

REFECTION de la FACE SUD du SECHOIR PRINCIPAL mai / juin 2015

Remplacement des anciennes planches qui servaient de protection aux intempéries après l’arrêt de la production de tuiles en 1933. Après cette date, les bâtiments ont en effet servis aux stockage de matériels agricoles. Pour se protéger des intempéries (pluie , neige et vent du sud) mon père René BERTRAND  avait posé ces planches qui, très dégradées,  nécessitaient d’être remplacées. Les nouvelles planches utilisées proviennent des étagères de séchage à l’époque de la production des tuiles.

 

Réfection des protections en zinc des extrémités des poutre support de charpente

 

Octobre & Novembre 2014

BATIMENT SECONDAIRE

Poses de moises sur les 4 fermes pour renforcer la charpente.

 

 ENSEMBLE DES 2 BATIMENTS   » SECHOIRS » (principal et secondaire) terminés (novembre 2014)

Septembre 2014

BATIMENT SECONDAIRE (séchoir à tuiles)

PROJET: POSE DE TUILES  « CANAL » sur les plaques en fibro-ciment

Travaux des 10, 11 et 12 septembre 2014: renfort de la charpente pour supporter le poids supplémentaire des tuiles

 

Travaux du 23 septembre 2014: Habillage des plaques de fibro-ciment avec des tuiles « canal ». L’aide de mes amis Agnès et Maurice CATTEZ de Montcarra (voir onglet « nos soutiens) a permis de finaliser ce travail en une demi- journée.

 

Travaux du 25 septembre 2014: Nettoyage du bassin de pétrissage. Ce bassin circulaire situé dans le champ à l’arrière du bâtiment servait au pétrissage et malaxage de l’argile au début de l’activité (2° moitié du 19°siècle) L’argile était déposée dans le fond du bassin et les hommes la pétrissaient  avec leurs pieds. Mon père qui avait dix ans lorsque l’activité s’est arrêtée, se souvient très bien de cette scène. Par contre il ne se souvient pas avoir vu un cheval tournant autour du bassin. Pourtant tout laisse à supposer qu’un cheval devait tourner autour de ce bassin avec comme axe le centre de la pierre centrale, entraînant soit un rouleau de pierre soit un autre outil pour malaxer l’argile.En effet, la pierre circulaire centrale comporte un trou d’environ 10 cm de diamètre sur 20 cm de hauteur, laissant supposer l’emplacement d’un pieu de bois servant d’axe de rotation au cheval.

 

 

Mr Alain SCHRAMBACH archéologue pour le compte du musée Dauphinois à Grenoble avait fait une étude des Bâtiments en 2001. Il mentionnait alors un cheval tournant autour du bassin circulaire

Aout 2014

Fin des travaux 5 août 2014   

 

Nettoyage autour du four côté ouest 21 et 22 août 2014

 

Travaux pour favoriser l’écoulement des eaux pluviales côté est, le 29  août 2014